Une réunion de travail sur la situation des EHPAD du Nord Ardèche

Une réunion de travail sur la situation des EHPAD du Nord Ardèche

En 2060, le nombre de personnes en perte d’autonomie atteindra 2,45 millions de personnes, contre 1,6 million en 2030. Face à cette véritable explosion « démographique » les établissements pour personnes âgées sont plus que jamais nécessaires.

Ce lundi, afin d’avoir une vue d’ensemble sur les problématiques que peuvent rencontrer les établissements de notre territoire, j’ai rencontré  Martine Finiels, Vice-présidente du conseil départemental en charge de la santé, de l’autonomie des seniors et des personnes en situation de handicap et Denis Duchamp, Vice-Président en charge de la protection de l’enfance et de la lutte contre la précarité.

Durant cette réunion, nous avons pu aborder les enjeux auxquels les établissements du Nord Ardèche sont confrontés au quotidien pour assurer un accueil de nos ainés digne d’une société où la solidarité et la bienveillance devrait aller de soi.

Dans ce domaine, et même si les attentes des familles sont souvent immenses, l’Ardèche avec un budget de 80 millions d’euros offre une couverture assez satisfaisante des besoins, avec un ratio de taux d’encadrement supérieur à la moyenne nationale, et des établissements de qualité qui ont des projets de développement, de mutualisation et de réaménagements afin d’améliorer la prise en charge et le quotidien des résidents. La situation est plus délicate en ce qui concerne l’accueil en « cantou »,  où le nombre de places reste insuffisant par rapport aux demandes.

Si chacun des établissements a ses points forts ou points faibles, tous sont implantés dans les centres bourgs de nos communes à proximité des commerces et des services et bénéficie d’une présence forte de personnels très engagés dans leur dans leurs missions qui requièrent de plus en plus de temps, d’énergie et de don de soi.

Cette réunion était également l’occasion de faire un point sur la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, promulguée le 28 décembre 2015 qui vise à construire une société où chacun puisse bien vieillir. Elle propose d’améliorer et de faciliter le quotidien des personnes âgées et de leur entourage, notamment des plus fragiles mais également d’anticiper pour les générations futures les conséquences du vieillissement de la population.

Cependant, le nouveau cadre législatif récemment imposé en 2018 restreint les possibilités pour les autorités de tutelle (ARS, conseil départemental) de venir en aide aux structures les plus en difficulté et incite les différents acteurs de ces politiques à réfléchir à d’autres solutions de prise en charge : « bien vieillir à domicile » est une action phare de notre département  qui touche 17.000 personne par le biais d’actions locales de prévention, d’ateliers et par la prise en charge au domicile.

A ce sujet, lors de notre présentation du budget alternatif, le groupe socialiste et apparentés a présenté un plan EHPAD, qui consiste:

  • A construire 10 000 places d’EHPAD par an
  • A lancer la rénovation des EHPAD existants

Les députés de mon groupe seront donc particulièrement attentifs aux propositions que devraient formuler la ministre de la santé et des solidarités en 2019.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *