Un plan santé qui n’est pas à la hauteur des enjeux !

Un plan santé qui n’est pas à la hauteur des enjeux !

Le 18 septembre, le Président de la République a présenté une réforme baptisée « Ma santé 2022 » censée renforcer l’offre de soins. Ce plan propose notamment la suppression du numerus clausus en 2020.

Cette mesure, si elle semble intéressante ne produira ses effets qu’à long terme. La santé est une préoccupation importante pour nos concitoyens, il y a urgence. C’est pour cela que nous avions déposé en janvier dernier une proposition de loi visant à lutter contre la désertification médicale.

Cette question est essentielle pour le survit de nos territoires, c’est pourquoi le groupe auquel j’appartiens a déposé en janvier un texte visant à lutter contre la désertification médicale. Ce texte prévoyait, que dans des zones ou l’offre de soins est optimale, un nouveau médecin libéral ne peut s’installer en étant conventionné avec l’assurance maladie.

L’adoption d’un tel principe de conventionnement territorial des médecins libéraux permettrait de compléter utilement les dispositifs d’incitation à l’installation dans les zones sous-dotées. En matière de lutte contre les déserts médicaux, il est en effet urgent de mobiliser l’ensemble des solutions possibles, en particulier lorsque celles-ci ont déjà fait leurs preuves pour d’autres professions de santé. Rappelons par exemple que les pharmaciens sont soumis à des règles d’installation efficaces, puisque le maillage des pharmacies a été préservé en France.

Nous proposions également la mise en œuvre, par l’État, du tiers payant, dans les maisons de santé, et dans les centres de santé. Le tiers payant est un levier majeur pour faire évoluer l’offre de santé et faire progresser la justice sociale.

Cette proposition de loi n’avait malheureusement pas été adoptée mais vous pouvez compter sur notre mobilisation afin d’interpeller le Gouvernement de nouveau dans les prochains mois, notamment dans le cadre des futurs débats sur le budget pour 2019.

Nous serons également très vigilants concernant la refonte de la carte hospitalière : le regroupement d’établissements ne doit pas conduire à la suppression de services de proximité, qui ont d’ailleurs fait face à d’importantes difficultés de fonctionnement cet été.

Rappelons aussi que les communautés professionnelles territoriales de santé (les CPTS), visant au regroupement de professionnels de santé libéraux dans les territoires, qu’Emmanuel Macron souhaite renforcer, ont été créées par l’ancien gouvernement ;

Enfin, le gouvernement souhaite réformer le financement de l’hôpital. De nouveaux critères se substitueront à la tarification à l’activité (T2A). Rappelons là aussi que plusieurs mesures avaient été prises entre 2012 et 2017 pour assouplir les rigueurs de la T2A qui reste le mode de tarification principal.

Mobilisée, sur cette question d’une offre de soins adaptée à nos territoires, j’ai rencontré la semaine dernière le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé, afin de faire le point sur les dossiers locaux. L’occasion d’échanger sur les projets de rénovation de l’Hôpital Moze à Saint Agrève, les projets de rénovations et d’équipements portés par le Centre Hospitalier de Tournon, notamment la rénovation de l’EHPAD et l’implantation d’un IRM, IRM qui serait un atout supplémentaire sur le bassin du tournonais qui souffre d’un déficit de praticiens et subi comme l’ensemble du Nord Ardèche les effets d’une désertification médicale inquiétante, le renouvellement de l’autorisation du centre de périnatalité et les nombreux projets en lien avec la médecine de ville. J’ai également pu échanger sur l’inquiétude quant au zonage de la médecine libérale sur le secteur de Guilherand-Granges, mais aussi la diversité de l’offre de soins sur le bassin d’Annonay, avec notamment les difficultés liées à la fermeture de la Clinique des Cévennes, un dossier difficile sur lequel malgré la mobilisation continue des personnels de santé et des pouvoirs publics aucune solution pérenne n’a pu être trouvée… Un premier échange ouvert et direct que j’ai beaucoup apprécié.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *