Commission des affaires culturelles et de l’éducation délocalisée au CNRS

Commission des affaires culturelles et de l’éducation délocalisée au CNRS

Hier, à l’initiative conjointe du président de la commission et du président du CNRS nous étions une trentaine de députés reçus par une équipe de responsables de cette belle institution.

80 ans d’existence, Jean Zay et Jean Perrin à l’origine en 1939 du CNRS avec un slogan :

« Nos connaissances bâtissent de nouveaux mondes »

10 instituts qui orchestrent la politique scientifique et qui font et appliquent la recherche fondamentale dans des champs aussi variés que la physique nucléaire, les sciences humaines, l’acoustique….

32000 chercheurs, ingénieurs et techniciens (dont 40% de femmes), 22 prix Nobel, 3,4 Milliards d’euros de budget.

Le CNRS c’est aussi des inventions brevetées, (la France au 6èmerang) et à partir de ces programmes de recherche et de développement, la création de plus de 100 start-up, des relations avec les entreprises existantes et un programme de formation vers les PME.

Par les domaines sur lesquels il travaille, le CNRS est au cœur de la société et relève des défis sociétaux (travail de recherche sur le développement durable, étude de rayons pour évaluer l’efficience de traitements anti-cancéreux, numérisation massive de collections d’œuvres d’art dans les musées, conception de télescopes géants, réalisation de prothèses qui détectent les mouvements des membres fantômes et s’adaptent à la personne, recréation de l’acoustique de Notre dame…).

Cependant dans un pays de culture, l’investissement de la puissance publique dans ce domaine reste insuffisant avec un budget « stable », contrairement à l’Allemagne, les USA, Israël…L’environnement offert aux chercheurs en France ne leur permet pas toujours de développer leurs compétences, en conséquence, beaucoup de jeunes chercheurs choisissent d’autres pays.

La prochaine loi de programmation pluriannuelle sera donc essentielle pour positionner la France dans le paysage scientifique mondial et devra apporter des possibilités de transformation d’un modèle économique qui n’est plus acceptable.

Un chantier est ouvert également sur le libre accès aux résultats des travaux de recherche afin de généraliser un accès gratuit, ouvert et sécurisé, de créer un fonds national pour la science ouverte (mouvement de diffusion gratuite de la production scientifique) et l’adaptation du droit d’auteur à la publication scientifique.

Une matinée donc pleine d’énergie où l’innovation et le désir de dépasser les frontières de la connaissance est le ciment d’une maison commune.

 

 

 

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *