Retour sur le chèque psy santé

Retour sur le chèque psy santé

Avec les conséquences psychologiques de plus en plus visibles de la crise sur l’ensemble de la population de notre pays, mais de manière encore plus inquiétante sur la jeunesse, et suite à de nombreuses sollicitations des députés, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a mis en place, au 1 février 2021, un dispositif de mesures d’urgence.

Ce « chèque psy » doit permettre aux étudiants qui n’ont pas accès aux consultations des services de santé universitaires (SSU) d’accéder à une prise en charge gratuite, à proximité de leur lieu de vie. Le dispositif offre trois consultations en libéral, renouvelable une fois, en accédant à la plateforme « santé psy étudiant » pour le choix du praticien.

Syndromes anxieux, sentiment d’abandon, idées suicidaires, les formes de détresse multiples sont un réel sujet d’inquiétude.

Malheureusement, à ce jour, les résultats sont peu satisfaisants :

Seulement 905 étudiants ont pris rendez-vous au 10 avril, et les 1360 psychologues recensés sur la plateforme ne suffisent pas à compenser la faiblesse des emplois au sein même des universités :

80 Équivalents Temps Pleins ont été recrutés afin de raccourcir les délais, pour l’ensemble de nos universités, la France compte soit 1 psychologue pour 30.000 étudiants !

Or, nous le savons,41% des étudiants ont renoncé à se soigner. Dans certains départements, aucuns praticiens n’ont été recensés, et la tarification proposée semble être un frein à l’adhésion plus massive des praticiens à ce dispositif.

Pourtant, la profession dans son ensemble entend s’engager dans le soutien aux étudiants, et plaide pour une prise en charge plus longue et simplifiée permettant de faire réellement face la crise aiguë que nous traversons.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *