Commission culture et éducation

Commission culture et éducation

Ce mercredi, la commission culture et éducation recevait pour la deuxième fois à l’Assemblée Nationale Monsieur Emmanuel ETHIS, Vice-président du Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle aux côtés des Ministres de la Culture et de l’Education nationale.

Ce conseil qui est chargé d’accompagner les politiques publiques sur les questions de valorisation de l’éducation artistique et culturelle et de mettre en œuvre les initiatives concrètes incarnant les recommandations inscrites dans la « charte pour l’éducation artistique et culturelle » présentée le 8 juillet 2016 au festival d’Avignon par Audrey AZOULAY est composé de 30 membres représentant l’Etat et les collectivités territoriales.

Beaucoup de questions évoquées lors de cette audition, et nous avons pu apprécier la connaissance très fine de ces enjeux par le vice-président, ancien recteur de l’académie de Nice et sociologue de formation, sa connaissance des territoires et de leur engagement dans le développement de la pratique artistique.

Reste que l’écart entre l’objectif affiché des nouveaux ministres, 100% des enfants impliqués dans une action d’éducation artistique et culturelle et la réalité des moyens pose toujours question :

-A quand une inscription réglementaire de l’enseignement et des pratiques artistiques dans les programmes de l’Education Nationale de la maternelle au Bac ?

-Concernant la musique : quels moyens mis en œuvre pour la formation d’un nombre en phase avec le « plan choral » du ministre, de chefs de chœur, et de musiciens intervenants ?

-Quelle formation initiale et continue des enseignants dans ces domaines afin qu’ils soient en mesure de participer à la construction de projets pluri-disciplinaires ?

-Comment mettre en œuvre un « continum » dans les expériences et les pratiques des jeunes à l’école et hors-temps scolaire ?

-Quels sont les moyens spécifiques de cette agence pour venir en appui réel des politiques de l’état ?

-Comment le futur Centre National de la Musique pourra t’il travailler en lien avec le Haut-Conseil ?

Parce que l’éducation artistique et culturelle est un moyen d’émancipation qui permet à chacun de s’affranchir de déterminismes sociaux, culturels et territoriaux, de porter un autre regard sur le monde, mais aussi parce qu’elle est un vecteur puissant de remédiation aux difficultés d’apprentissage, qu’elle peut réconcilier les enfants avec leur propre image et les emmener sur le chemin de la confiance, leur révéler des possibilités insoupçonnées,  parce qu’elle peut les aider à retrouver du sens dans les enseignements proposés, pour toutes ces raisons, l’éducation artistique et culturelle doit faire partie intégrante de nos modèles pédagogiques et didactiques.

Les expériences nombreuses et innovantes dans nos établissements scolaires et sur nos territoires n’existent pour la plupart du temps que grâce à des enseignants motivés, à des bénévoles, à des artistes engagés, à des équipes volontaires, j’ai donc interrogé Emmanuel ETHIS pour lui demander quels étaient les leviers dont cette structure pouvait disposer pour donner une réelle impulsion à ces belles paroles.

 

 

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *