Communiqué de presse: Nomination pour la commission d’enquête sur les groupuscules d’extrême droite

Communiqué de presse: Nomination pour la commission d’enquête sur les groupuscules d’extrême droite

Avec mon collègue Régis Juanico, député de la Loire, nous avons été nommés membre de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France installée le 23 janvier 2019.  

Depuis quelques mois, des groupuscules d’extrême-droite agissent en toute impunité dans le pays. Les premières victimes sont nos jeunes, lycéens et étudiants.

L’État français doit impérativement réagir face à ces violences et prendre la mesure des menaces de mort que ces groupes d’extrémistes profèrent. Leurs organisations foisonnent sur tout le territoire.Dès la fin d’année 2017, «Le Bastion social» -ouvertement raciste- a pu sans difficulté ouvrir plusieurs bars et différents lieux de rencontre dans de nombreuses villes de notre territoire. Le 9 décembre, il inaugurait son local à Strasbourg. Puis le 13 janvier, c’était à Lyon, le 5 février à Chambéry, le 24 mars à Marseille.

On se souvient aussi des images du 22 avril dernier, où le groupe Génération identitaire organisait, au mépris de l’État de droit, une action de blocage de notre frontière dans les Hautes-Alpes, incitant à la haine et au rejet des migrants.

Tous ces groupes ont en commun la violence, l’incitation à la haine raciale, homophobie et sexisme. Ils agressent des couples, des cyclistes, des passants, des étudiants pour leurs opinions, leur orientation sexuelle ou leur origine. Ils agressent, insultent, intimident, menacent de simples citoyen-ne-s mais aussi des élu-e-s de la Nation, des professeurs, des policiers ou des gendarmes qui représentent notre État de droit et notre démocratie ou encore des médecins et des militants associatifs.

Nous souhaitons par cette commission d’enquête rappeler que le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’homophobie que prônent ces groupements ne sont pas des opinions. Ce sont des délits. C’est aussi l’occasion d’exprimer notre solidarité totale avec les victimes de ces individus violents et dire aux victimes que la représentation nationale prendra toute sa part à la lutte contres ces groupes dangereux ! 

Il est de la responsabilité de l’État de lutter contre ces groupuscules qui répandent partout la haine des autres, la violence, qui défient les valeurs de notre République et méprisent les règles de la démocratie.

La commission d’enquête sera chargée de faire un état des lieux sur l’ampleur du caractère délictuel et criminel des pratiques des groupuscules d’extrême droite, ainsi que d’émettre des propositions, notamment relatives à la création d’outils visant à lutter plus efficacement contre les menaces perpétrées à l’encontre de nos institutions et de leurs agents ainsi qu’à l’égard des citoyennes et des citoyens.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *