Loto du patrimoine: Un grand mouvement citoyen?

Loto du patrimoine: Un grand mouvement citoyen?

En commission mardi pour entendre les conclusions de la mission flash menée par deux collègues députés Sophie METTE et Michel LARRIVE sur la première évaluation du « Loto du patrimoine ». 

Au-delà de l’ insuffisance notoire de l’investissement de l’Etat dans la conservation du patrimoine national, cette initiative a permis de donner une dimension plus démocratique et populaire à ces questions.

Largement médiatisé par Stéphane BERN dont la personnalité a été un élément porteur, ce loto est le fruit d’un travail de recherche de lieux à soutenir (2000 projets signalés puis 269 identifiés comme prioritaires) et de solutions pour financer ces projets. Deux solutions sont apparues : un tirage spécial du loto pour les Journées du patrimoine et un jeu à gratter, disponible de septembre 2018 à janvier 2019.

Ce loto est un succès parce qu’il a apporté un éclairage médiatique  important et a incité les citoyens à se mobiliser pour préserver le patrimoine en péril de leur environnement proche. L’opération a permis de récolter 21 Millions d’euros au profit de la Fondation du Patrimoine auxquels s’ajoutent 5,5 Millions d’euros liés à des opérations de mécénat. Cependant, comme tous les jeux d’argent, ce loto fait l’objet de prélèvements fiscaux de la part de l’Etat (CSG, CRDS, CNDS), ce que les initiateurs de cette opération dénoncent en insistant sur l’aspect innovant et citoyen de ce loto.

Au final, 73% des projets retenus l’ont été au titre du patrimoine classé ou inscrit et ont permis d’impulser une nouvelle dynamique pour certains projets. Cette initiative a également permis à des propriétaires privés hésitants à investir dans la rénovation d’un petit patrimoine privé très divers et original, a s’engager sur des travaux de rénovation afin de conserver ce patrimoine auquel les françaises et les français sont particulièrement attachés.

Malgré la nécessité évidente d’apporter plus de transparence dans le choix de projets et dans l’affectation des sommes collectées et des bénéficiaires, ainsi que la nécessité d’apporter une assistance plus importante au montage des projets, c’est un bilan positif.

A l’avenir, il semble essentiel que d’autres acteurs comme les associations de patrimoine et les collectivités locales puissent participer en amont et de manière consultative à la sélection des projets.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *