Pour un Ségur de la Santé utile et ambitieux pour les soignants

Pour un Ségur de la Santé utile et ambitieux pour les soignants

Le Gouvernement lance cette semaine le « Ségur de la Santé », une grande concertation destinée à améliorer les conditions de travail des personnels soignants, leurs rémunérations, et la prise en charge des malades.

Durant la crise du COVID-19, le Gouvernement a promis de verser une prime exceptionnelle à tous ceux mobilisés pendant la crise sanitaire : agents de la fonction publique, et notamment de la fonction publique hospitalière, personnels des EHPAD et des services d’aide à domicile, ainsi qu’au reste du secteur médico-social. Nous l’avions demandé depuis le début de la crise et avons encore dénoncé les critères d’attribution de cette prime dont ont été exclus de nombreux établissements pourtant très investis aux côtés des malades dans ma crise.

Néanmoins, la mise en œuvre de cette prime par le Gouvernement rencontre plusieurs difficultés :

En plus de l’inégalité de ses critères d’attributions géographiques, elle voit, au sein d’un même hôpital et d’un même EHPAD, une partie du personnel qui peut être récompensée tandis que l’autre ne l’est pas. C’est notamment le cas des sociétés prestataires de restauration ou de nettoyage.

Cette prime ne sera pas la même pour tous alors que tous ont accompli leur travail avec une prise de risque identique et un courage remarquable. Nous avons demandé que cette prime soit égale pour tous les personnels mobilisés.

Pour les aides à domicile, et pour les EHPAD, cette prime restera à l’appréciation des structures employeuses. Etant donné les difficultés financières de nombreuses associations ou collectivités, cette prime sera à géométrie variable en fonction du statut des aides à domicile.  

Avec mes collègues du Groupe Socialistes et Apparentés nous avons demandé au gouvernement de réparer ces injustices, mais également :

-De revaloriser les salaires de tous les professionnels mobilisés en première ligne pendant la crise sanitaire : personnels des hôpitaux et des EHPAD, aides à domicile et tous ceux qui ont pris soin de nous, de nos aînés ou des personnes en situation de handicap.

-D’arrêter de raisonner en silos. La concertation que le Ministre de la Santé souhaite lancer dans les prochaines semaines devra concerner tous les secteurs : l’hôpital, mais aussi la médecine de ville, les EHPAD, l’aide à domicile, les soins palliatifs.

-De présenter enfin à la représentation nationale la loi consacrée à la dépendance promise par le Président de la République pour 2018, puis pour 2019. Nous sommes en mai 2020 et nous attendons toujours. 

Plus que jamais nos soignants méritent plus que des primes et des médailles, nous souhaitons que ce Ségur soit à la hauteur des attentes de nos personnels de santé pour une réelle évolution de leurs conditions de travail, et à une réflexion beaucoup plus large sur le fonctionnement de notre système de santé.

Tarification à l’acte, gestion inhumaine des ressources humaines, recherche de rentabilité imposée aux établissements aux dépends de la relation tellement importante dans le processus de soin et de guérison.

Nous souhaitons que cette concertation ne soit pas bâclée au motif d’une urgence de la situation que les soignants dénoncent depuis des années, et qu’elle permette une véritable refonte des services de santé, à la hauteur des nouveaux enjeux dont cette pandémie nous a si douloureusement montrée qu’elle était devenue indispensable à l’équilibre de notre société.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *