Face à la colère des Français, quelles propositions ?

Face à la colère des Français, quelles propositions ?

Face au mouvement social, le Président de la République n’a eu aucune réponse concrète en direction du pouvoir d’achat des Français. C’est oublier que la transition énergétique ne peut se faire sans justice sociale.

Le Président de la République s’est limité à des annonces sur le mix énergétique qui pour certaines sont en recul par rapport aux engagements pris par son prédécesseur. Ainsi il a annoncé qu’il souhaitait ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% d’ici 2035 en développant notamment l’éolien et le photovoltaïque. La précédente majorité avait voté une réduction de la part du nucléaire à 50% dès 2025 dans la loi de transition énergétique…

La hausse de la fiscalité énergétique proposée par le gouvernement, qui représentera 55 milliards d’euros de plus à payer par les Français et les entreprises sur l’ensemble du quinquennat, est tout simplement insupportable financièrement pour des millions de Français qui n’ont pas d’alternative à la voiture.

Face à l’ampleur de ces hausses sans amortisseur pour les ménages qui ont les revenus les plus faibles, j’ai demandé avec les députés socialistes et apparentés un moratoire d’un an sur la prochaine hausse des carburants. Le gouvernement l’a rejeté. Nous avons proposé un volet carburant dans le chèque énergie. Le gouvernement l’a rejeté. Nous avons proposé une taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques – TICPE – flottante. Le gouvernement l’a rejetée.

Les Français sont en colère, nous leur devons des propositions réalistes et concrètes. Les députés socialistes et apparentés partagent cette colère et continueront à faire des propositions jusqu’au bout du débat budgétaire.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *