Proposition de Loi « pour une école vraiment inclusive »

Proposition de Loi « pour une école vraiment inclusive »

Nous discutons actuellement à l’Assemblée de la proposition de loi « Pour une école vraiment inclusive ». Elle a été déposée par mon collègue Christophe Bouillon (député de Seine Maritime) et est discutée cette semaine dans l’hémicycle. J’ai partagé son initiative.

Notre démarche part d’un constat simple : notre système est capable d’assurer, chaque année, la rentrée scolaire de 12 millions d’élèves et de 900 000 enseignants. En revanche, ce même système ne parvient pas à accompagner les 300 000 enfants en situation de handicap. Ce n’est pas acceptable ; cela l’est d’autant moins que la loi de 2005 affirme un principe que nous partageons tous : l’école de la République doit être celle de tous les enfants.

Avec cette proposition de loi, nous souhaitons redéfinir le cadre légal du dispositif humain en l’intégrant dans un ensemble de mesures permettant d’améliorer l’accessibilité effective des établissements, des classes et des enseignements. Ce dispositif suppose une amélioration de la qualification, de la reconnaissance et de la rémunération des personnels chargés des aides humaines, une politique volontariste de formation des enseignants et un ensemble de mesures cohérentes, valables pour le premier et le second degré, permettant pratiquement la réussite de tous les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Alors si nous défendons ce texte c’est que nous souhaitons, comme son nom l’indique, une école vraiment inclusive. Que ce ne soit pas que des mots, mais que l’on permette vraiment, à tous les élèves, d’avoir le droit de réussir, dans les mêmes conditions que les autres.

Un texte sur cette même problématique avait déjà été porté il y a quelques mois par Aurélien Pradié, député LR, sans succès auprès des élus LREM.

Aujourd’hui, l’examen en commission a vidé ce texte de la proposition essentielle : la transformation en CDI des contrat d’AESH et d’AVS, et la mise en place d’un véritable statut pour ces 86000 accompagnants, en majorité des femmes qui font un travail difficile et n’ont pas de réelle évolution de carrière.

Dans le même temps, nous examinons le texte de Jean Michel Blanquer, Ministre de l’Education Nationale, « Pour une école de la confiance », aucune mention particulière au sujet des élèves en situation de handicap n’y est faite. Nous déplorons l’attitude ambiguë du Gouvernement et de la majorité sur cette question.

Ajouter Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par *